A notre frère

En août 2017 disparaissait un de nos frères de la communauté musulmane du pays de Morlaix. Il était aimé et apprécié de tous ceux qui l’ont connu, musulmans comme non-musulmans. Que Dieu lui accorde sa miséricorde et une grande place dans le paradis. Amin.

Ayant passé une partie de sa jeunesse dans le sud-est de la France, Hassan avait apprécié la douceur des rapports sociaux dans sa nouvelle région d’adoption. Travailleur infatigable, il exerçait la profession de Chef de Travaux dans le bâtiment.

Il était ému quand il racontait à ses proches comment des ouvriers bretons travaillant sous sa direction lui avaient confié après un long temps d’observation : “Tu sais, au début on s’est méfié de toi mais maintenant on t’apprécie beaucoup”.

Autre anecdote qui montre ses rapports avec son entourage : quand il a acheté sa maison à Saint-Martin-des-Champs près de Morlaix, il a d’abord observé à quel endroit ses voisins avaient l’habitude de garer leur voiture sur la voie publique, afin de leur laisser ces emplacements libres et de ne pas changer leurs habitudes.

Quand il a été touché par la maladie en 2015, les médecins estimaient qu’il ne survivrait pas plus d’un an. Mais il s’est battu avec un tel acharnement qu’il a vécu deux ans et demi, et que seules les personnes dans la confidence connaissaient la gravité de sa maladie.

Hassan a contribué de façon exemplaire à la construction de la Mosquée du Pays de Morlaix. Son sens de l’organisation et son engagement personnel motivaient les fidèles qui participaient aux travaux. Il aimait leur dire en boutade pour les stimuler avant le travail :  “Est-ce que nous sommes des hommes ou bien des patates ?”

Hassan est décédé paisiblement à l’âge de 41 ans, le visage éclairé par un sourire. Il a laissé derrière lui une veuve et cinq enfants. La prière du défunt a été célébrée à Brest, où résident d’autres membres de sa famille. L’imam a prononcé un rappel avant la prière :

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.